Longère bretonne

L’authenticité et le charme breton

La Bretagne, tout une histoire ! D’abord royaume indépendant puis duché, elle est aujourd’hui une région de France à l’identité culturelle forte.

C’est d’ailleurs cette identité qui donne tout leur charme aux longères bretonnes, aux accents bucoliques et où il fait bon vivre !

Une architecture typique, résultat d’un savoir-faire ancestrale, qui met en valeur les caractéristiques si particulières de ces maisons campagnardes incontournables : la longère bretonne est une maison de caractère.

Longère bretonne avec hortensia

Caractéristiques de la longère bretonne

La maison bretonne, une maison hors du commun, est caractérisée par différents types d’habitation qui ont tous deux points communs : les murs en granit et les toits en ardoises.Et c’est bien ici que se situent la principale différence entre la longère bretonne et les autres longères !

En effet, elles sont aussi orientées plein sud et disposent d’un pignon à l’ouest pour se protéger du vent. Elle possèdent aussi des volets intérieurs pour se protéger en cas de tempête (cela évite tout bonnement d’ouvrir les fenêtres).

Cette habitation, comme les autres, est construite en longueur, en « enfilade », partie communes incluses. On accède à son toit en ardoise conçu en deux pentes par un escalier extérieur.

Chaumière bretonne

Le granit et l’ardoise

Le granit, la pierre de référence en Bretagne, rurale et authentique, habille toutes les bâtiments locaux typiques, qu’il s’agisse des façades de maisons, de longères, ou encore des fontaines, lavoirs et autres fours à pain.
Cette pierre donne à elle seule tout ce charme unique des petits villages bretons, si calmes, massifs et chaleureux.
La construction en granit a aussi fait les hauts lieux chargés d’histoire et de mémoire : églises, châteaux,…
En témoigne le Parlement de Bretagne. On retrouve même du granite breton sur les quais de la Tamise à Londres !

Le Parlement Breton
Avant l’essor de l’ardoise, les toits se couvraient de chaume (de seigle ou de roseau).
En Morbihan, ces toits de chaume se sont bien conservés. Malheureusement, beaucoup ont disparu à cause des réglementations successives qui les ont progressivement interdits à cause des risques d’incendie.Mais l’ardoise ayant fait son apparition, elle deviendra un des symboles de l’habitat breton.

Source image : web.mac.com / www.bretagne-demeures.com

-->